Pourquoi Donald Trump n’achètera pas les terres rares du Groenland

In La Tribune 27/08/2019

Washington s’intéresse depuis longtemps à ce continent arctique autonome et faiblement peuplé. Mais pourquoi donc l’actuel président américain a-t-il fait cette proposition d’achat au Danemark qui a viré à la crise diplomatique? Pour augmenter ses réserves d’hydrocarbures? Pour mettre la main sur un sous-sol réputé riche en “terres rares” et réduire le risque d’un possible embargo chinois sur ces minerais stratégiques…?

Des gisements d’hydrocarbures étaient présentés comme l’objectif d’un éventuel achat du Groenland par Donald Trump, c’est sans doute inexact. D’une part, les États-Unis ont plus qu’assez de pétrole et de gaz de schiste au point qu’ils en exportent. D’autre part, les récentes campagnes d’exploration d’hydrocarbures sous-marines menées au large de Nuuk par quelques majors ont découragé une éventuelle exploitation à cause de la difficulté environnementale si particulière au Grand Nord.

Outre l’aspect géopolitique russo-américain hérité de l’ancienne guerre froide, l’objectif réel s’inscrirait dans le contexte de l’actuelle guerre commerciale américano-chinoise : les États-Unis auraient cherché à contrer l’éventuelle, voire illusoire, menace d’un embargo chinois sur les exportations de produits à base de lanthanides (terres rares) fabriqués dans ses usines par Pékin, et utilisés notamment par le complexe militaro-industriel états-unien. Mais l’arme est dangereusement à double tranchant: un tel blocus par Pékin créerait en retour d’autres embargos sur d’autres ressources entre la Chine et Washington, puis, par un effet de boule de neige, également entre des pays alliés des deux belligérants  – le monde des ressources naturelles n’est jamais à sens unique.

Les projets miniers déjà en cours au Groenland

Revenons aux terres rares du Groenland ; la Chine contrôlait environ 90% des mines de lanthanides mondiales, mais cette part est en décroissance à 70%. Et ces chiffres ne … Lire Plus

Please follow and like us:
error