Les cadeaux de Noël de Poutine et de Trump à l’Europe

In La Tribune 23/12/2019
En abandonnant le charbon et le lignite, l’Allemagne, la Pologne et l’Europe orientale rentreront dans un état de grande dépendance électrique lorsque les énergies renouvelables seront insuffisantes. Soutenir l’inverse est une fake-news aussi corrodante que le disque rayé de l’infox des « métaux rares » ( vidéo).

Alors qu’il faut nous préserver de la malédiction climatique, seul le gaz naturel peut assurer la substitution du charbon à moindre coût. Mais sa production européenne est en chute libre. Elle était aux environs 270 Milliards m3 il y a cinq ans, elle ne sera plus qu’à environ 200 Mm3 dans cinq ans : les Pays-Bas sont devenus importateur net et les productions de la Norvège et du Royaume-Uni sont stables à 175 Mm3.

Inversement, la demande de gaz naturel est en hausse. Les 550 Mm3 qui seront consommés par l’Europe en 2020 (14 % de la demande mondiale), seront brûlés à hauteur de 75 % dans l’industrie et les ménages et 25 % dans la production électrique. En conséquence, la dépendance gazière européenne est déjà vaste, 350 Mm3 par an, et elle augmentera encore lors du remplacement du charbon et du lignite électrogènes par le gaz. Le dilemme européen est limpide : d’où viendra le gaz ?

Le cadeau de Noël de Poutine et de Trump

La Russie couvre déjà environ 62 % de notre dépendance par ses gazoducs. Fonctionnant au-dessus des taux nominaux, ils ont saturé en 2019 après avoir transporté 210 Mm3. Ils seront légèrement soulagés en 2020 grâce aux 55 Mm3 du gazoduc sous-marin Nord Stream 2, le tube jumeau de Nord Stream 1, qui permettra à l’Allemagne de doubler sa capacité d’approvisionnement directe de gaz russe, 110 Mm3, sans les transits ukrainien et polonais des deux gazoducs Fraternité et Yamal. Elle devra toutefois acquérir d’autres sources pour remplacer son lignite à l’horizon 2038.

Il est donc presque contradictoire au milieu du conflit du Donbass et cependant heureux, que cette semaine Moscou et Kiev signent l’accord permettant de continuer la livraison de gaz à l’Europe à via l’Ukraine. C’est le cadeau de Noël de Poutine à l’Europe, assorti d’un chèque de 2,9 milliards de dollars en faveur de Kiev.

Répliquant à cet accord, la stratégie de puissance énergétique des États-Unis sanctionnait les sociétés européennes qui financent Nord Stream 2. Ce châtiment est le cadeau de Noël Lire Plus

Please follow and like us: